Press "Enter" to skip to content

Première croisière fluviale Paris-Honfleur (CroisiEurope)

Après une bonne cinquantaine de croisières océanique en une quinzaine d’années, il était temps de tester une balade sur le long d’une rivière. Le Covid ayant limité la capacité de déplacement, quoi de mieux que de choisir pour cela un départ depuis Paris, France (ville où je réside). CroisiEurope a repris ses premières croisières sur la Seine début juillet 2021, on j’ai pu embarquer à bord du Renoir, avec les premiers passagers après de longs mois d’arrêts.

Le Renoir possède 54 cabines, pour une centaine de passagers, réparties sur 2 ponts. Au pont inférieur, les cabines n’offrent qu’une fenêtre sur l’extérieur, alors qu’au pont supérieur, on bénéficie d’une grande baie vitrée, dont une partie s’ouvre avec une porte coulissante. Il n’y a pas de balcon, mais s’accouder sur la rambarde et regarder les rives qui défilent est un sacré plus.

La cabine de 15 m2 est très fonctionnelle. Un lit double fait face à la baie vitrée. Une prise électrique et des rangements sont présents de chaque coté. Des placards assez nombreux sont placés au niveau de l’entrée, prolongés par un plan pouvant faire office de petit bureau, également équipé d’une prise électrique (norme européenne), avec une petite lampe. Un fauteuil et un tabouret permette de s’assoir. La salle d’eau offre une douche, suffisamment grande pour ne pas s’y cogner, une vasque et un WC. Pas trop de rangement ici, mais cela reste une bonne surprise pour ce type de bateau où on peut parfois trouver des équipements beaucoup plus contraints en terme d’espace.

Une télévision se trouve cachée dans le plafond et peut apparaitre ou disparaitre grâce à un interrupteur près du lit. On y trouve les chaines françaises de la TNT, plus une sélection de chaines étrangères. Une chaine est dédiée aux informations de l’activité du bateau (heures des repas, menus, escales, animations…). Enfin, une chaine présente le bateau lui-même et les protocoles de sécurité. Bonne initiative : le volume de cette télévision est bridée, ce qui évite d’avoir le son des voisins une partie de la nuit !

Le Renoir a été refait à neuf en 2018. Il est donc en très bon état. A l’avant, pont supérieur, se trouve le salon avec un bar, une mini piste de dance, et des écrans rétractables avec videoprojecteurs. Un coin « DJ » permet de piloter les animations proposées ici. A l’autre bout de ce même pont se trouve le restaurant pouvant accueillir l’ensemble des passagers pour les repas servis en un seul service.

Le pont Soleil est équipé de transats, de tables avec des chaises (à l’abris des intempéries). C’est là que se trouve le poste de pilotage. Les extrémités avant et arrière de ce pont supérieur ne sont pas accessibles au passagers, réservées au membre d’équipage et au stockage de matériel (comme les gilets de sauvetage, dans des coffres).

L’embarquement est annoncé à 18h00. Les passagers arrivent les uns après les autres un peu avant cette horaire. Il n’y a donc pas de file d’attente, et à peine après 18h, tous les passagers sont à bord. Une présentation de l’équipage permet aussi de rappeler les consignes de sécurité, et le déroulement du voyage. Le masque est obligatoire lors des déplacements à l’intérieur. A l’extérieur, il n’est pas demandé, conformément à la situation du moment en France.

Le premier repas coïncide au moment du départ. Les passagers sont répartis sur des tables de 6. On est libre de choisir sa table, mais la place est alors attribué pour la durée de la croisière. L’heure des déjeuners et des diners varie en fonction du programme des escales. Le petit déjeuner est plus libre, en général de 7h30 à 9h00, avec un buffet en libre service (l’accès est tel qu’il était avant la pandémie, sans restriction spéciale, mais avec du gel alcoolique à disposition et obligatoire à l’entrée du restaurant).

Les menus de midi et du soir sont composés d’une entrée, d’un plat et d’un dessert, parfois avec du fromage en plus. Le dernier diner, avant la fin de la croisière, est un peu plus sophistiqué. Les plats sont globalement bons, inspirée de la cuisine française. C’est copieux, presque trop.

Les boissons sont incluses. A table, on a le choix entre quelques vins blancs, un rosé et quelques vins rouge, de l’eau minérale, plate ou pétillante. Les cafés (dont les expressos) sont aussi inclus. Au bar, un choix de quelques alcools est aussi inclus. Quelques alcools en plus sont payants. A cela s’ajoute un « cocktail du jour ». Des bouteilles d’eau minérales sont à disposition des passagers en permanence. Le choix global au niveau des boissons est assez limité, mais suffisant pour ce genre de croisière courte.

Lors du premier diner, donc, le bateau traverse tout Paris, à la manière des diners croisières bien connus. Arrivée au niveau de Chinagora, il fait demi-tour et retraverse à nouveau tout Paris, de nuit, et commence réellement son périple en direction de Rouen puis Honfleur. Un moment digne d’intérêt, que les passagers peuvent également apprécier depuis le pont supérieur, mais dans des conditions précises. Les ponts de Paris étant plutôt bas, pas question de se ternir debout. Pendant toute la traversée, il faudra être dans un transat et ne pas en bouger pendant 45 minutes. J’ai préféré profiter de la balade depuis ma cabine.

Le parcours Paris-Honfleur-Paris sur 5 jours (4 nuits) est cadencé par les marées. Les horaires des escales sont donc différents d’une croisière à une autre, même si le parcours est le même. Les arrivées ne sont donc pas calés sur le matin, mais peuvent énormément varier (de 4h30 du matin… à 12h30… par exemple). A l’aller, le passage par Les Andelys et Rouen ne sert que pour une excursion qui quittera le bateau aux Andelys pour se terminer à à Rouen. Les passagers qui ne choisissent pas cette excursion ne peuvent pas descendre du bateau (les escales ne durent pas longtemps). Ce sera au retour.

Le dernier jour de la croisière, les cabines doivent être libérées à 9h00 au plus tard. Les passagers doivent quitter le bateau au plus tard à 10h00. La compagnie organise à l’avance la réservation de taxi pour ceux qui le veulent.

Les excursions sont donc facultatives, payantes (de 20 à 30€ en moyenne). Le départ se fait en général en bus, juste devant le bateau, tout comme le retour. En dehors des escales dédiées aux excursion, la descente à terre est libre et doit respecter les horaires de retour, comme sur toute croisière.

Les périodes de navigation, quand elles sont de jour, permettent d’observer un magnifique paysage tout au long de la Seine. C’est un vrai point positif de cet itinéraire, d’où l’intérêt d’avoir une cabine au pont supérieur avec sa baie vitrée ouvrante.

Le prix de ces 5 jours / 4 nuits était de 865€ par personnes (cabine double au pont supérieur). Nous avons eu une réduction de 195€ par personne car cette croisière a été annulée une première fois en mai, et donc reportée à juillet. Ce montant correspond à peu près à la différence de prix entre les cabines des ponts inférieur et supérieurs. On peut donc considérer cela comme un « upgrade » offert, et donc un montant final de 670€, soit 167€ par personne et par nuit.

Pour une première croisière fluviale, c’est très positif. Idéale pour une escapade sur un gros week-end (du jeudi soir au lundi matin). Les repas sont au niveau d’une bonne brasserie. Le public est cependant assez âgé. A 52 ans, aucun doute, j’étais le plus jeune sur le bateau (membre d’équipage à part, bien évidemment). Les animations, aux dires des habitués, n’étaient pas à la hauteur de leur attente. Cela ne m’a pas gêné car ce n’est pas ma tasse de thé.

L’anecdote : alors qu’on nous annonce une omelette norvégienne flambée à la fin du dernier diner, un voisin de table, habitué des croisières CroisiEurope, nous prévient : bien que les passagers assistent au spectacle du flambage de 2 omelettes, il n’a jamais eu une part de ce classique de fin de croisière qui avait le goût du Grand Marnier ! D’abord parce qu’il y a bien plus que 2 omelettes norvégiennes pour l’ensemble des convives (mais ont-elles été flambées en secret ?). J’ai pu vérifier par moi-même que cet expert du sujet avait raison… un spectacle en grande pompe mais une déception dans l’assiette 😂

Referais-je une croisière fluviale ? Oui, absolument. Il y a de nombreuses compagnies qui proposent ce genre de croisières sur les fleuves du monde entier. J’ai aperçu quelques bateaux concurrents sur la Seine qui semblaient encore plus impressionnants, probablement plus luxueux. Très grande envie d’essayer une croisière sur le Mekong ou le Danube, par exemple.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *